Les chantiers Scott de Greenock

L’Histoire de ces chantiers navals commence dès 1711. Voici la présentation des différents dirigeants, extrait du livre « Scotts at Greenock – 200 ans de constructions navales » édité en 1920.

Il n’est, par contre, pas fait mention de la faillite du chantier « John Scott and Co » en 1867.

(Traduction personnelle avec Google Translate)

John Scott (I) a fondé la société en 1711 et s’est engagé dans
la construction d’autobus et de petites embarcations. Il était étroitement
associé au père de James Watt dans plusieurs programmes de développement de la
ville de Greenock. Il n’y a malheureusement pas de portrait de lui.

William Scott (I), son fils, né en 1722, décédé en 1769, lui succéda et constitua avec son frère James la société  « James et William Scott. » Ils ont étendu l’activité, tant en ce qui concerne la capacité des chantiers que les types de navires construits. Leur premier navire à gréement carré, en 1765, fut le premier navire construit sur le Clyde pour un client étranger.

John Scott (II), né en 1752, décédé en 1837, a fortement
développé le chantier, et construit la cale sèche et le bassin qui était encore
récemment dans le chantier d’origine, qui appartenait à Caird and Co., Ltd. Sous
sa direction de nombreux voiliers de haute mer ont été construits ainsi que des
navires pour la marine Royale. Il fut un des premiers adeptes du travail
inventif de Watt, et s’intéressant fortement à l’ingénierie des moteurs, il integra
acquis la fonderie de Greenock en 1790.

Ce n’était qu’une étape préliminaire à la construction de moteurs à vapeur pour la propulsion des navires commencé en 1825 par la société. La fonderie de Greenock était indépendante du chantier mais néanmoins rattachée sous la désignation  «Scott, Sinclair and Co.» et des ordres d’Amirauté ont été passés pour les machines des chantiers navals, ainsi que pour des frégates construites par le chantier.

John Scott (II) a construit le quai Custom House à Greenock
en 1791 et a acheté, en 1810, le domaine de Halkshill, toujours en possession
de la famille, qui était un partenaire de la banque de Greenock et qui a
également promu les industries de la ville.

Son frère William Scott (II), né en 1756, était associé avec lui dans ses premières années, le nom de l’entreprise étant alors « John et William Scott », mais en 1802 il devint « John Scott and Sons « , car William quelques temps auparavant était allé à Barnstaple, où il avait développé un vaste chantier naval, obtenant des chantiers de Greenock des moteurs pour la plupart de ses navires à vapeur.

Le développement technique des industries mécaniques pour la motorisation à Greenock a été réalisé avec beaucoup d’énergie et des progrès considérables ont ainsi été fait. Il est écrit qu’en 1829, l’entreprise avait réalisé pour un navire construit à Bristol, « le plus gros moteur jamais construit ».

C’est au début du XIXe siècle, en 1803, que les Scotts ont construit leur premier navire de guerre, le Prince of Wales, et depuis cette date, l’entreprise a maintenu son lien avec la construction navale pour l’Amirauté britannique. Bien que la fabrication de moteurs marins n’a pas été entreprise avant 1825, la succession de navires à vapeur construits avant cette date inclus le Waterloo, en 1819, le Superbe, en 1820, et le Majestic, en 1821, le plus grand navire à vapeur construit en Grande-Bretagne à cette époque là.

Concernant le chantier dans lequel ces navires ont été construits, voici une citation de Weir dans son livre « Histoire de la ville de Greenock », publié en 1829: « Le chantier « Scott and Sons » est considéré comme le plus complet en Grande-Bretagne, à l’exception de ceux qui appartiennent à la Couronne.  »

Charles Cuningham Scott (I), né en 1794, décédé en 1875 et son frère aîné John Scott (III), né en 1785, décédé en 1874, fils de John Scott (II) continuèrent l’activité sous le nom de « John Scott and Sons « , développant encore la politique progressiste de leur père, qui avait dirigé le chantier pendant environ un demi-siècle.

Le nouveau chantier de Cartsdyke a été commencé en 1850 par
Charles Cuningham Scott (I) et son fils John (IV), sous le nom de « Scott
and Co. » En 1859, le nom de la société d’ingénierie (pour la motorisation)
corrélée au chantier a été changée de « Scott, Sinclair and Co.  » à  »
The Greenock Foundry Co. « , le partenaire principal de ce dernier étant
John Scott (IV); et c’est sous cette appellation, qu’il a été connu jusqu’en
1904, lorsque les chantiers navals et la fabrication des moteurs ont été combinées
sous un seul nom, don t il est fait mention plus loin.

La conception et la fabrication des moteurs ont encore été développés au cours de cette période, et il est intéressant de noter ici que le H.M.SS. Hecla et Hecate, motorisés de 1838 à 1839 par Scotts, furent les premiers navires construits dans un chantier de la Couronne avec des machines fabriquées en Ecosse.

Parmi les navires construits dans cette période on peut noter
le « Tage », en 1837, l’un des premiers paquebots pour les lignes
orientales et le plus grand paquebot construit sur la rivière Clyde à cette
date; « l’Inde », en 1839, étant le premier bateau à vapeur à
commercer avec l’Inde via le Cap; et le « Dee », le premier navire
postal à vapeur pour la compagnie Royal West India.

Au crédit du chantier on peut aussi noter la construction de la première frégate à vapeur construite sur la Clyde pour la marine britannique, nommé H.M.S. Greenock, et mis à l’eau en 1849. Ce navire était le plus grand navire de guerre en acier de son époque. Pour la première fois également la motorisation faisait appel à des engrenages pour entraîner l’hélice ce qui permettait d’augmenter le rendement de la propulsion. Pour cette avancée remarquable le navire reçu comme figure de proue le buste de John Scott (II). Cette distinction par les autorités navales de l’époque était bien méritée pour le chantier, non seulement pour ses travaux sur le développement des constructions navales, mais aussi pour le développement de la ville de Greenock.

John Scott (IV), né en 1830, décédé en 1903, et son frère Robert Sinclair Scott, né en 1843, décédé en 1905, fils de Charles Cuningham Scott (I), ont été de leur côté, responsables des progrès de l’entreprise pendant près de quarante ans, et le premier a été élu « Companion of the Bath » (C.B.) en 1887.

Sous leur direction, l’entreprise joua un rôle important dans la construction de paquebots pour les voyages à travers les océans; dans la construction de bateaux à vapeur pour le commerce côtier et fluvial de la Chine; dans le développement de moteurs à pressions de vapeur élevées et du moteur à multiples extensions, ce qui a grandement amélioré le rendement de la machine à vapeur. Ils ont complètement reconstruit le chantier Cartsdyke et acquis le chantier naval de construction et réparation de « Robert Steele and Sons » sur lequel ils ont établi le chantier naval Cartsburn, qui a été modifié et équipé pour la construction navale.

Le partenariat était, pour des raisons familiales, enregistrée en 1900 sous le régime des sociétés à responsabilité limitée. En 1904, les entreprises connues sous le nom de « Greenock Foundry Company » et « Scott and Co. », étant identiques en termes de partenariat et d’intérêts, ont été fusionnés en une seule société, baptisée  » Scotts’ Shipbuilding and Engineering Company, Ltd. »

Charles Cuningham Scott (II), fils de John Scott, C.B., né en 1867, décédé en 1915, succéda à son oncle en 1905 en tant que président de la compagnie, et sous sa direction l’entreprise a continué à progresser en notoriété. Ils ont construit le premier cuirassé « Dreadnought » et le premier sous-marin construit sur la Clyde, et achevé de nombreux navires de combat qui ont eu de brillants services dans la Grande Guerre. Le chantier s’est également distingué en étant le premier à équiper les sous-marins de turbines à vapeur, une innovation – adoptée depuis par bon nombre de ces navires – permettant une hausse de la taille et de la vitesse de ces navires.

Robert Lyons Scott, le seul fils survivant de John Scott, CB (IV), a succédé à la présidence de la société en 1915, et associés avec lui sont James Brown, C.B.E.,en tant que directeur général, et J. B. Hutchison, Colin C. Scott, Cedric C. S. Scott et Lawrence D. Holt, comme administrateurs.