Le Bois Joalland

Le 2 octobre 1917, les autorités militaires américaines exposent au maire de Saint-Nazaire leur projet d’aménagement d’un réservoir d’eau au Bois-Joalland. Le réseau municipal existant s’avère en effet insuffisant pour pallier les besoins de la population civile et des troupes toujours plus nombreuses. L’été ayant été particulièrement sec, ce réservoir devient une priorité

Le 30 octobre 1917, Vivant Lacour expose, au cours d’une séance du
conseil municipal, les grandes lignes de ce projet. Les travaux
d’aménagement semblent commencer à cette époque, au mois d’octobre ou au
mois de novembre 1917.

D’une superficie de 65 hectares et d’une capacité d’1 500 000 m3, le chantier de l’étang du Bois Joalland occupe une main d’œuvre composée de prisonniers allemands, de troupes fraichement débarquées et d’hommes du service de water supply du 17th Engineers. Situé sur un point haut, cette réserve alimente les camps par simple gravité.

Plan cadastral du Bois Jo(a)lland

source: centenaire de la guerre 14-18